lundi 2 décembre 2013

Stupa et émerveillement


Il est des lieux devant lesquels on se sent tout petit, des lieux dont la beauté nous coupe le souffle et nous rendent à la fois respectueux et infiniment reconnaissants de pouvoir les contempler de nos propres yeux. Le Shwedagon, à Yangon, le sanctuaire bouddhique le plus sacré du pays, est assurément de cette veine.


Je cherche les mots justes pour décrire ce que j'ai ressenti là-bas mais je ne suis pas sûre de les trouver.  Je pourrais me réfugier derrière la description très objective de ce monument digne de tous les superlatifs, vous parler des tonnes d'or dont son stupa de 100 m. de haut est recouvert, des pierres précieuses  qui sertissent sa girouette, des 64 petites pagodes et des 4 temples qui l'entourent... Je pourrais mais l'essentiel n'est pas là.

Un stupa, c’est une sorte de pyramide d’or en forme de cloche à long manche, entièrement plein. Celui du Shwedagon contiendrait 8 cheveux de Bouddha.

Le Shwedagon ne se résume pas en l’énumération, forcément réductrice, des richesses qui le constituent. C’est bien davantage: l’âme d’un peuple, le coeur battant du bouddhisme birman. On le comprend dès que l’on débouche de l’un des 4 immenses escaliers couverts qui conduisent au sommet de la colline sur laquelle il est érigé, dès que bouche bée, on laisse retomber un peu la stupeur née de l’éblouissement suscitée par cet incroyable forêt d’édifices dorés. Le "spectacle" est partout. Pour notre part, à peine avons-nous commencé de tourner autour du grand stupa dans le sens des aiguilles d’une montre, comme le veut la tradition bouddhique, qu'une procession de jeunes nonnes tout de rose vêtues surgit à l'angle d'une pagode.
 

Un peu plus loin, des moines se prennent en photo avec leur téléphones portables pendant que des pélerins font leurs offrandes à l'autel dédié à leur jour de naissance. Indifférent à la foule autour de lui, un homme assis  au milieu d'une kyrielle de Bouddhas, récite ses prières.


Tout en continuant d'arpenter prudemment le parvis de marbre rendus dangereusement glissant par la pluie fine qui tombe à nouveau, nous observons l’agitation feutrée, le fourmillement des fidèles, les recueillements…


La ferveur n'est pas feinte. Nous restons médusés devant ces trois générations d'une même famille qui méditent absolument immobiles pendant plus d'une demi-heure. Et en voyant cette immense pagode si vibrante de vie, d'enfants qui s'ébattent, de familles qui pique-niquent, nous nous ne pouvons nous empêcher de songer à nos églises désespérément vides, souvent tristes et sombres, où l'on ne parle qu'en chuchotant. Ici, le lieu de culte est tout autant le centre de la vie religieuse que celui de la vie sociale. Nous ferons d'ailleurs le même constat dans toutes les pagodes que nous visiterons en Birmanie.


En nous rendant à Shwedagon en fin de journée, nous imaginions pouvoir profiter des derniers rayons du soleil jouant sur ses ors étincelants. La météo en a décidé autrement et c'est sous un léger crachin qui finit par se transformer en pluie torrentielle que nous parcourons ce lieu mythique. Nous n'en vivons pas moins quelques heures de pure fascination, d'harmonie et de poésie.



Au niveau photo, j'ai un peu galéré.  Ne disposant pas d'un objectif super grand angle, il m'était difficile de tout faire rentrer dans le cadre sans amputer une flèche ou décapiter un Bouddha. Et je ne parle pas des problèmes de convergence des perspectives qui se posent inévitablement avec des constructions d'une telle hauteur. L'obscurité qui, dans les zones proches de l'équateur, tombe très vite (à 18h. il fait nuit), ainsi que la pluie ont constitué des difficultés supplémentaires. Comme j'ai trimballé mon trépied à l'autre bout du monde, j'ai, une fois n'est pas coutume, décidé de m'en servir pour tester des pauses longues et transformer pélerins et touristes en silhouettes fantomatiques, ce qui convient assez bien je trouve à l'esprit du lieu.  Mais l'utilisation du trépied m'a aussi fait rater lamentablement quelques photos qui nécessitaient de la réactivité. Mon réflex étant solidement fixé à son support, je regrette encore par exemple de n'avoir pu cadrer correctement le spectacle saisissant de la cohorte de volontaires munis de balais qui se déployait en rang pour évacuer la pluie sur le parvis...


San San, notre adorable guide, à l'heure bleue

Et pour vous plonger un peu plus dans l'ambiance birmane, je vous proposerai de temps en temps quelques brèves séances sonores capturées à l'Iphone par mon Romand préféré. N'hésitez pas à cliquer dessus pendant que vous regarderez les photos. Vous vous y croirez!

video


25 commentaires:

  1. cool l'idée de mettre aussi une petite video.. même si tu dis que tu as galéré pour tes photos, je les trouve plutôt pas mal ! J'aime beaucoup le parallèle que tu fais entre ces lieux de recueil birmans et nos églises vides, assez réalistes. Je me réjouis de la suite comme toujours =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu connais Mr. il adore s'amuser avec son Iphone ;-)

      Supprimer
  2. C'est fou. quel dépaysement total.
    J'aime beaucoup.
    Les gens de ces pays semblent sereins.
    Merci pour le "voyage"..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment un autre monde pour le moment encore mais le changement arrive à toute vitesse. Quant aux Birmans, ils sont effectivement très zen.

      Supprimer
  3. Jolie ballade dans un pays multicolore aux couleurs presque "indécentes" :) . Il est clair que le fait de ne pas avoir de Dieu punisseur comme chez les gens du Livre, ça allège l'ambiance, c'est le moins qu'on puisse dire. Merci pour ces partages très chère cop's !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des couleurs il y en a à profusion. Certains pagodes sont même tellement colorées qu'elles sont carrément kitsch. Et je t'assure que je n'ai pas forcé sur le curseur vibrance de Lightroom ;-)

      Supprimer
  4. Le lieu a l'air extrement impressionant! J'ai tout particulièrement aimé la procession de jeunes nonnes et la photos avec les trois générations d'une meme famille. Tu as du voir des choses absolument magnifiques pendant ce voyage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une des plus belles choses que j'ai vues. C'est juste incroyable d'imaginer que des hommes ont construit une telle merveille. Ce voyage a été rempli de jolies surprises, comme l'apparition soudaine de ces petites nonnes tout de rose vêtues. J'avais sans cesse le regard en éveil pour essayer de ne rien manquer mais il est impossible de tout voir. Heureusement mon compagnon m'a souvent rendue attentive à des scènes qui m'avaient échappé.

      Supprimer
  5. L'endroit est enchanteur ... je comprends que l'on soit émerveillé devant un tel lieu ! ... et tes silhouettes fantomatiques sont une excellente idée. Quelle ambiance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie. J'ai vraiment fait un essai avec les pauses longues car je ne suis vraiment pas une spécialiste du genre. Il faudra du reste que je retente pour essayer de me perfectionner.

      Supprimer
  6. J'imagine assez dans de tels endroits le décalage entre ce qu'on ressent et ce qu'on arrive à montrer. Mais je trouve que tu t'en es très joliment sortie, on ressent bien avec toi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, quand on arrive dans un tel lieu on est tellement impressionné qu'il est difficile de verbaliser son ressenti, On regarde beaucoup mais il faut assimiler, digérer tout cela. A mon retour, et avec un peu de recul, en visionnant mes photos j'ai essayé de mettre des mots sur tout cela. Ce n'est pas si simple, on tombe vite dans les surperlatifs "culculs". Je suis heureuse si j'ai réussi un peu à vous transmettre ces émotions.

      Supprimer
  7. C'est vraiment digne de tous les superlatifs. Quelle chance de pouvoir admirer et vibrer à l'unisson. Merci pour le partage.
    AniLouve

    RépondreSupprimer
  8. Un Romand inspiré par les Birmans, cela allait de soi, en "rimes" parlant

    RépondreSupprimer
  9. C'est ça qui est beau dans les pagodes et les temples, la vie ! C'est comme une petite ville avec école, cours, places maison etc... Malgré les obstacles techniques tu as bien su capturer le lieu. Par contre la vidéo c'est plus agréable quand c'est au format paysage qu'à la verticale ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta comparaison avec une petite ville est tout à fait juste Lucie. Quant à la vidéo, je l'ai mise ici uniquement pour le fond sonore pas pour les images. Mr. Chéri doit encore s'améliorer s'il veut obtenir une palme d'or....

      Supprimer
  10. J'aime beaucoup tes personnages fantomatiques devant ces stupa fiants monuments; c'est très réussi à mon goût! Bravo. le film est sympa également, de pouvoir ainsi partager ces sonorités!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nathalie. La petite vidéo n'a vraiment pas d'autre ambition que de vous proposer une ambiance sonore.

      Supprimer
  11. C'est toujours un grand emerveillement de voir de telles monuments ... En plus tu as eu visiblement de la chance de le visiter sans trop de monde , ce qui ne fut pas mon cas en Thailande ou les temples étaient bondés de touristes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il y avait peu de monde, en tous cas peu de touristes.

      Supprimer
  12. Ça bouge, ça vie, il y a de la couleur mais aussi de l'intensité. J'aime bcp celle de la famille en méditation au pied de l'énorme cloche. Magnifique endroit, architecture de ouf !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai surtout été impressionnée par le plus jeune garçon. Chez nous, les gamins de cet âge ne tiennent pas en place. Ce genre d'exercice leur serait très difficile mais sûrement bénéfique (à nous aussi du reste) ;-)

      Supprimer
  13. C'est magnifique et très impressionnant.

    RépondreSupprimer

J'ai toujours grand plaisir à vous lire, alors ne soyez pas timides, osez!