lundi 16 septembre 2013

Par ici le Paradis



A Mykonos, en fin d'après-midi, c'est un véritable flot ininterrompu de vespas et de quads qui draîne l'île dans la même direction. Des jeunes essentiellement, en mini short et t-shirt, parfois casqués, semblent répondre à un mystérieux et irrésistible appel.

Ici pas besoin de carte pour trouver le paradis, il suffit de suivre le mouvement sur les petits chemins plus ou moins défoncés à travers un paysage quasiment lunaire pour accéder à l'un des lieux mythiques de la fête. Paradise beach n'a pas volé son nom, c'est assurément l'une des plus belles plages de l'île. Mais si vous aimez le calme et la solitude, ce paradis aura plutôt pour vous des saveurs infernales. Dès 17 heures, la techno pulse, le rythme monte jusqu'à faire tressauter le coeur dans la poitrine, pauvre caisse de résonance. Elle distille ses rythmes puissants, répétitifs qui libèrent les corps en une danse désarticulée. La fête bat son plein. Le flot loin de se tarir s'accentue encore. La foule grandit, l'ambiance monte. Des jeunes au corps parfaits, tout juste vêtus de maillots de bain, se déhanchent sur les bars, sur la plage. Des malabars aux pectoraux moulés dans des maillots étriqués veillent. Fascinée par cette atmosphère, j'essaie de prendre quelques photos. La promiscuité m'oblige toutefois très rapidement à renoncer. Un peu plus loin, les rythmes de la techno s'effacent à peine au profit d'une musique latino sur laquelle des couples félins s'essaient à des chorégraphies ondulantes particulièrement rapprochées. J'observe, j'admire, hypnotisée par cette sorte de transe collective qui néanmoins reste bon enfant. Me sentant plutôt décalée dans cet univers très jeune, je ne m'attarde pas, d'autant que sur le coup des 19h. la foule devient vraiment très dense.  En quittant la partie club de la plage, je m'arrête quelques instants au camping assez exotique dans son genre pour tenter enfin quelques images.


Mais mon plaisir fut de courte durée. Le scribouilleur à la pipe m'est tombé dessus à bras raccourci exigeant que je supprime la photo que je venais de prendre sous prétexte qu'il était journaliste (je ne vois pas le rapport!!!). J'ai eu beau argumenter que je l'avais pris de dos et qu'il n'était nullement reconnaissable, il n'en a pas démordu. Par gain de paix, j'ai effacé la dernière image mais me suis bien gardée de lui signaler que j'en avais plusieurs autres en réserve. Faut pas exagérer tout de même!


30 commentaires:

  1. Dangereux le métier de photographe.... la photo de l'ombre du journaliste a d'autant plus de valeur!! heureusement que le dernier personnage est pris de dos...
    toujours très bien écrit, on te suit partout dans tes histoires.
    et c'est bien de rappeler que parfois... il faut beaucoup de temps pour une photo...bonne journée. N.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En l'occurrence, le danger était très relatif. Mon garde du corps perso, autrement plus charpenté que ce scribouilleur, n'était pas bien loin ;-) Merci de ta visite N.

      Supprimer
  2. C'est drôle,tu nous parles de cet endroit un peu farfelu et tu ne nous en montres rien ... Je suis un peu perdue là. Tu nous dis que ce sont des jeunes "à moitié dénudés" qui fréquentent cette plage et tu nous montres des passants tout à fait correctement vêtus et qui n'ont as l'air particulièrement dans le vent (j'en déduis donc qu'il ne vont pas sur cette plage). Mais alors que font-ils sur cette photo ? Et ton homme à la pipe, qu'est-ce qu'il faisait pour qu'il ne veuille pas être pris en photo ? Des tags ? Et qu'est-ce qu'il écrivait ? Et le dernier type, qu'est-ce qu'il fait devant ces casiers ? Et c'est quoi ? C'est sur cette plage ? Dans ce cas, elle n'a pas l'air si branchée que ça vu le côté désuet des casiers, de la mobylette et de ses vêtements. Ah ! mais c'est que je veux du reportage moi !!!!

    Biiiiises ma cop's ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ma cocotte, je suis un peu surprise par ton comm. Tout est pourtant dit dans ma 1ère photo et dans mon texte. Paradise Beach, ce n'est pas qu'une plage mais un restaurant, un club et un camping. Comme je l'ai expliqué, il était très difficile de prendre des photos dans le club tellement il y avait de monde. J'en ai fait bien sûr mais elles ne valent strictement rien. Celles que je présente ici, je les ai prises en sortant du club, à quelques mètres dans le camping qui le jouxte. A propos de celui-ci, je n'ai pas dit qu'il était branché mais "assez exotique dans son genre" comme en témoignent les graffitis et les casiers aussi barbouillés que vétustes. C'est un univers assez particulier. Quant au scribouilleur, je serais bien en peine de te dire ce qu'il était en train d'écrire vu que je ne lis pas le grec. J'en suis du reste toujours à me demander en quoi mes photos le dérangeaient... Ceci dit je n'ambitionnais pas du tout de faire un reportage sur cet endroit mais plutôt d'en livrer quelques impressions personnelles. Je regrette qu'elles ne t'aient pas plus parlé que cela.

      Supprimer
    2. Bon, ben ... J'ai rein compris alors .... Et ce n'est pas que tes photos ne m'ont pas parlé, c'est que je n'ai pas réussi à les remettre dans le contexte que tu nous décris (et que j'ai mal compris ) ...

      Supprimer
  3. Pour le paradis, ta photo je l'aime, mais pour moi le paradis, ce n'est aucun des deux couples.
    Le scribouilleur est très graphique, c'est bien le moins pour un scribouilleur, heureusement que tu as pu gardé cela, quoique la main d'un journaliste, c'est privé. Sans compter le droit sur les images de son ombre.
    La dernière me ravit absolument, la géométrie, les couleurs, l'art de vivre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas non plus exactement l'idée que je me fais du paradis mais c'est un endroit à voir si on est sur l'île. Et réflexion faite, ce journaliste craignait-il peut-être d'être pris pour l'ombre de lui-même ?

      Supprimer
  4. J'adore la première photo. Elle est pleine d'humour. Cela montre la joie de vivre du lieu quel dommage que parfois une bonne sensation soit gachée par quelqu'un comme le journaliste. Mais heureusement que tu avais d'autres photos car elle est très réussie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est le genre typiquement le genre de réaction qui peut te couper l'envie de faire des photos. Heureusement j'ai la mémoire courte et je suis têtue ;-)

      Supprimer
  5. Ahhhh ces photos que l'on doit "jeter"!!! Cela m'est arrivé il y a peu de temps. Dans un espace commercial! Pfffff Et pourtant, personne sur la photo. Bref!

    Bien joué pour celles que tu as sauvegardées!
    Ben oui quoi, il est de dos!

    Na!

    Et en plus elle est EXTRA!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vécu la même mésaventure au USA dans une gare (je photographiais un horloge!) mais là-bas j'ai été écartée par un type de la sécurité qui n'avait vraiment pas l'air commode. Je ne me suis pas attardée....Pfff. pas facile la vie de photographe ;-). Bon w-e Chrys.

      Supprimer
  6. C'est drole d'immaginer tout ça, c'était ma plage (déserte) préférée sur l'île :-). As-tu pris le sentier qui remonte à droite de la plage et qui en rejoint une autre en longeant le camping ? C'est très beau !
    J'aime beaucoup tes photos, colorées avec une présence humaine sur chacunes.
    Un peu plus loin il y a même Super Paradise ;-) drôles de noms mais bon, c'est Mykonos !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plage déserte? C'était en quelle année? Non, je n'ai malheureusement pas emprunté ce sentier. Quant à Super Paradise nous n'y sommes pas allés.

      Supprimer
    2. C'était fin octobre il y a deux ans ;-)

      Supprimer
  7. Devoir effacer une photo ou payer, ça m'est arrivé au Portugal. J'étais sidéré et hyper mal à l'aise. Tu en gardé quelques unes quand même pour notre plus grand régal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine ton malaise. Il ne m'est jamais arrivé de devoir payer pour une photo et heureusement, je serais vraiment mal prise et en principe j'y suis opposée mais selon les situations, je pense qu'il doit être difficile de s'en sortir.

      Supprimer
  8. Bonjour Spiruline,
    Ravie d'avoir fait cette petite virée en ta compagnie ! c'est toujours agréable de voyager en images :-)
    J'aime beaucoup ta première photo (une jolie introduction au sujet, et humoristique du reste ...).
    Bon week end à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente de t'avoir fait sourire Marie:-)

      Supprimer
  9. oh lala ça avait l'air super !

    RépondreSupprimer
  10. la permission de photographier, toute une histoire...dans les musées , les assemblées... les groupes, les individus... du moment qu'on ne reconnait pas la personne , c'est permis...!?!
    j'adore tes photos!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Théoriquement, c'est permis mais ce n'est pas toujours évident de le faire comprendre à certains individus. Merci beaucoup pour ton enthousiasme Elfi.

      Supprimer
  11. Et bien c'est marrant, mais comme ta précédente série, celle-ci me colle encore le sourire aux lèvres, que ce soit le texte ou les photos ... :D
    J'en veux encore !
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien cette série a le mérite de vous donner la banane, ça me fait très plaisir. J'ai un peu de retard avec la suite mais elle arrive bientôt. Bonne soirée à toi aussi.

      Supprimer
  12. J'imaginais bien Mykonos comme une ile peuplée de touristes, certes, mais de là à faire de ses plages une disco pour les young....je suis un peu déçue de cette évolution, mais je me réjouis de le savoir maintenant.
    Côté photo, j'aime vraiment les 3. Sur la 1ere, les vrais "campeurs" me semblent bien plus pudiques que ceux de l'image illustrée sur le mur (et donc représentant ce qu'ils attendent des campeurs, alors!?). J'aime l'ombre de la 2eme, je pense que voir le vrai personnage n'aurait peut-etre pas eu le même effet. Il y a certainement plus de mystère rien qu'avec son ombre. J'aime les couleurs et les lignes de la dernière photo.
    A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mykonos est réputée pour ses fêtes. Si on recherche le calme, mieux vaut choisir une autre île des cyclades. Tinos où j'ai séjourné très brièvement est nettement moins jet set et très authentique. Merci de ta visite Awena.

      Supprimer
  13. Oui, dangereux le métier de photographe! L'ombre à la pipe est super... Une vraie ambiance "Jacques Tati!"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tati, c'est exactement cela. Ravie de te lire ici Isabelle. Merci de ton passage.

      Supprimer
  14. QQles mots et tu arrives bien à décrire l'ambiance!
    J'aime bcq la photo du mr au scooter devant ces casiers de couleurs.
    as-tu essayer de t'inscrire sur réflex-photo? j'attendais + ou - (lol)
    bonne fin de semaine, @ bientôt haude

    RépondreSupprimer
  15. De magnifiques photos qui me donne encore plus envie d'aller aux Cyclades

    RépondreSupprimer

J'ai toujours grand plaisir à vous lire, alors ne soyez pas timides, osez!